Abel : le robot à l’apparence d’un enfant de 12 ans capable d’empathie

 Abel : le robot à l’apparence d’un enfant de 12 ans capable d’empathie

Il ressemble à un garçon de 12 ans, peut parler, raisonner et comprendre les émotions des êtres humains qui se trouvent devant lui : il s’appelle Abel et c’est le nouveau robot humanoïde réalisé par les chercheurs du Centre de recherche « E. Piaggio » de l’Université de Pise en collaboration avec le Biomimics de Londres. C’est de ces deux laboratoires que sont nés certains des « extraterrestres » les plus célèbres du cinéma, comme ceux de la Guerre des étoiles et les dinosaures de Jurassic Park.

Lorenzo Cominelli, du centre de recherche E.Piaggio a déclaré :

Abel est un robot humanoïde, tant sur le plan esthétique que comportemental. Non seulement il ressemble aux humains, et se déplace avec nous, mais il est capable d’interagir, de se comporter et de percevoir son environnement de la même manière que nous.

Il s’agit du résultat final de la fusion de deux domaines de recherche : la robotique sociale et l’informatique affective, « assaisonnée » par l’art de certains maîtres des effets spéciaux.

Abel Robot humanoide

Un mélange qui permet au robot d’interagir et en même temps d’étudier son interlocuteur en observant de nombreux paramètres, même des éléments invisibles pour l’homme, comme les petites variations thermiques du visage visibles à l’infrarouge ou la fréquence des battements du cœur, autant d’éléments à partir desquels il peut déduire les émotions de la personne en face de lui, peut-être mieux qu’un humain.

Abel est également capable de traiter des concepts abstraits, d’effectuer des raisonnements déductifs et inductifs et d’émettre des hypothèses.

D’après M. Cominelli :

Il essaie de comprendre la personne qui se trouve en face de lui, et s’il fait une action, il essaie de comprendre si elle a provoqué une réaction, et de quelle nature. Par exemple, dans les applications avec des patients souffrant de troubles tels que la maladie d’Alzheimer, un robot similaire peut être utilisé pour sonder les réactions du patient à une série de comportements, puis comprendre quelles sont les meilleures réponses. À partir de ce travail, le médecin peut alors rechercher les traitements les plus efficaces. Abel a un potentiel incroyable, une plateforme utilisable dans de nombreux domaines différents.

Source : Centre de recherches E. Piaggio

Plus d'articles

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × quatre =